Si vous ne visualisez pas correctement ce message…

Il est connu que tout e-mail ou newsletter bien réalisé doit contenir en tête de page un message du type « Si vous ne visualisez pas correctement ce message, cliquez ici » avec un lien vers la page html du mailing. Cette technique est utilisée principalement pour les clients mail dont les images sont bloquées.

Cependant, cette phrase est bien souvent la première, voir la seule vraiment lisible (plus lisible que l’objet par exemple) qui apparait dans les fenêtres de prévisualisation des messages de la plupart des clients mail. Cela est encore plus vrai lorsque l’on parle de clients mail adaptés aux mobiles.

Boîte de réception du client mail pour iPhone

Boîte de réception du client mail pour iPhone

Plutôt que d’utiliser cette phrase devenue bateau, pourquoi ne pas mettre en avant l’offre du mailing tout de suite ? Un message du type « Vous voulez profiter de nos 50%, mais ne visualisez pas correctement ce message ? Cliquez ici. » Cela améliorerait certainement le taux d’ouverture.

Je suis surpris de ne pas voir ce type d’accroche devenir la norme…

Publicités

Newsletter ou flux RSS ?

Traditionnellement, l’entreprise qui voulait communiquer auprès de ses clients de façon régulière mettait en place une newsletter (papier ou e-mailing). Avec l’arrivée des flux RSS, la mise à disposition d’actualité relative à l’entreprise et/ou de nouvelles offres commerciales est beaucoup plus facile. Mais peut-on remplacer une newsletter par un flux RSS ? Et pour les entreprises qui voudraient mettre en place un système d’information vers leurs clients, quelle solution privilégier ?

Les deux outils sont utilisés à une même fin : mettre à disposition de l’information renouvelée régulièrement. Mais la relation entreprise / client est très différente suivant l’outil utilisé.

Dans le cas de la newsletter, c’est l’entreprise qui envoie ses news / offres de façon personnelle à chacun de ses contacts. La base d’adresse e-mail peut être constituée directement sur le site ou via d’autres supports (coupons réponse par exemple). Les lecteurs sont donc connus, ont demandé à recevoir cette information et la reçoivent de façon ponctuelle.

Dans le cas du flux RSS, c’est à la personne intéressée par l’entreprise, abonnée au flux, d’aller lire régulièrement le contenu qu’elle aura souscrit. Cette visite est anonyme, non ciblée et l’entreprise n’a pas de contrôle sur cette relation.

Le choix est donc dicté par deux facteurs :

  • la personnalisation des informations que l’entreprise souhaite mettre à la disposition de ses clients
  • le nombre d’informations et la périodicité à laquelle ces informations sont rendues disponibles

 

Si l’entreprise souhaite informer de façon personnelle ses clients d’offres qui les concernent, et ce, de façon ponctuelle, alors une newsletter personnalisée est le bon outil.

Si au contraire l’entreprise publie régulièrement des informations ou des offres et que ces offres ne sont pas particulièrement ciblées, alors la mise en place d’un flux RSS est à envisager pour éviter de submerger la boîte mail de ses clients. Il est à noter que la technologie RSS permet de proposer plusieurs flux sur un même site et donc de laisser choisir les clients le ou les flux qui les intéressent.

Ceci dit, rien n’empêche les deux outils de cohabiter avec des infos généralistes par exemple publiées sur le site et supportées par un flux RSS et une newsletter personnalisée envoyée une fois par mois avec des articles de fond, des dates de salon, des promotions ponctuelles, etc…

Pour résumer :

Information Ponctuelle Régulière
Personnalisée Newsletter Flux RSS catégorisé ou newsletter si personnalisée
Standardisée Newsletter(ou flux RSS mais attention : un flux RSS dont le contenu n’est pas régulièrement mis à jour ne sera pas lu !) Flux RSS

 

Et vous, quel(s) outil(s) utilisez-vous ? Ou en tant que client, à quoi vous abonnez-vous ?

Pour les e-mails aussi, il n’y a pas que la taille qui compte

Tout bon designer d’e-mailing vous le dira, pour de meilleurs taux de click, mieux vaut avoir un lien visible dans le panel d’aperçu d’Outlook (ou autre…) Voici l’exception qui confirme la règle, mais qui montre surtout qu’un bon e-mail est surtout un e-mail donnant envie de lire la suite du message. Et s’il le fait de manière originale, c’est encore mieux !

email-size-getty-images.gif

(cliquez sur l’image pour la voir en taille réelle)

Un e-mail anniversaire original

Les e-mails souhaitant un joyeux anniversaire à l’expéditeur sont assez répandus. Dell se distingue en envoyant un e-mail pour célébrer l’anniversaire de l’achat d’un ordinateur.

La démarche est vraiment originale et peut engendrer des ventes additionnelles, la personne ayant eu le temps de s’approprier son PC et souhaitant éventuellement le mettre à jour ou acheter des périphériques.

dellhappybdaysm.gif

Source : The Email Wars

Bien préparer sa campagne e-mailing

Une campagne e-mailing se déroulant sur une longue période demande un peu plus de préparation que le développement d’un e-mail ‘one-shot’.

Voici quelques fondamentaux à ne pas oublier pour mettre en place une campagne efficace :

1 – Planifier les périodes d’envoi :
En interne : essayer de planifier les ressources nécessaires aux différents envois. Cela peut sembler basique, mais il est important de mettre en place un planning et de le tenir à jour si l’on ne veut pas décaler ses envois.
En externe : de la même façon, il est utile d’avoir un calendrier sous les yeux pour identifier les périodes de l’année où les cibles seront moins facilement atteignables (vacances, ponts, etc…) et de modifier la fréquence des envois en conséquence (voir plus bas).

2 – Construire et planifier la cohérence du message :
Une campagne peut avoir un ou plusieurs objectifs fixés avant son lancement : recrutement, développement des ventes, information, etc… A chaque objectif correspond un type d’e-mail et une action associée.
Cependant, ces différents e-mails doivent garder une certaine cohérence dans leur message et / ou leur design pour une même cible. Il peut également être intéressant de planifier un minimum la campagne pour que les objectifs soient établis dans l’ordre (recrutement avant développement des ventes).

3 – La fréquence
De la même façon que pour une newsletter, il est peut être intéressant de planifier la fréquence d’envoi des e-mails de la campagne. Ni trop souvent pour ne pas poluer les messageries et irriter les lecteurs, ni trop espacés pour bien rester présent dans leur esprit. Tout dépend du type de message et du secteur.
Il est plus efficace de définir un jour de semaine du mois ayant été identifié comme donnant de bons rendements (cela aussi dépend du secteur… il ne faut pas hésiter à tester sur les premiers envois). Il vaut mieux éviter les dates fixes (du type le 1er et le 15 de chaque mois) car ces dates peuvent correspondre à des jours non-ouvrés.

4 – Les relances
Si la campagne est composée d’e-mails dont les sujets se suivent, que se passe-t-il si un lecteur n’a pas ouvert l’e-mail précédent ?
Pour éviter toute mauvaise surprise ou mauvaise compréhension du message, renvoyer l’e-mail précédent aux personnes ne l’ayant pas ouvert (attendre 72 heures minimum) est une bonne solution. Mais attention : il ne faut pas non plus que cette relance se retrouve trop proche du prochain e-mail !

5 – La conclusion
Lorsque la campagne est sur le point de finir, il faut que le dernier e-mail clôture dignement l’ensemble de l’opération. Il pourra remercier les lecteurs pour leur participation par exemple, les inviter à suivre la prochaine campagne, etc… C’est également une bonne opportunité pour transformer les lecteurs en clients en leur proposant un contact direct ou un achat immédiat…

Ces conseils vous ont été utiles ?
Je vais essayer de publier régulièrement d’autres billets sur ces sujets… J’attends vos commentaires…